Review : Secret Wars 1


Secret Wars est le nouveau crossover Marvel, et certainement le plus gros et le plus important qu'est connue la Maison des Idées. Vous allez me dire que Marvel a tendance a faire beaucoup de crossover, à une cadence même de un par an, ayant tous leurs importances et leurs lot de conséquences plus ou moins à long termes. Mais Secret Wars se démarque, et c'est peu dire, quand on sait qu'il va bouleverser tout l'univers tel qu'on le connait actuellement. Alors pour  aborder un événement aussi complexe et parfois impressionnant, on commence par quoi ? où ? quand et comment ?


Secret Wars, c'est quoi ?

Les bases de ce crossover réside dans les séries Avengers et New Avengers, scénarisées depuis l'ère Marvel Now en 2013 par Jonathan Hickman. D'une façon totalement géniale et tordue, les lecteurs se sont vite rendu compte que le but d'Hickman depuis le tout début de ses deux séries était d'aboutir à Secret Wars.
Pour faire simple, l'univers Marvel se meurt. Tout meurt. Le multivers (toutes les terres parallèles) est sur la sellette et s’effondre peu à peu. (Quoi ?)
Dans la série New Avengers, les Illuminati, un groupe secret réunissant les héros les plus influant de la Terre, s'aperçoivent d'un phénomène plus qu'inquiétant qui mènera à la destruction totale de la Terre, et bien plus encore. Un phénomène appelé "incursion". Lors de ces incursions, deux planètes se rencontrent au risque de se percuter, sauf qu'il n'y a que deux options possibles : Soit les deux planètes meurent, soit qu'une seule, en choisissant de détruire l'autre. Cette saga est racontée, comme je vous l'ai dit plus haut, dans les séries Avengers et New Avengers, mais plus particulièrement New Avengers, puisque c'est dans celle-ci que nous pouvons suivre les Illuminati et leur fastidieuse quête enfin de trouver le moyen d’empêcher la fin de tout.
Même si les kiosques où sont relatées toute cette histoire ne sont pas totalement ré-éditée sdans les albums Panini Comics  je vous conseille vivement de prendre les premiers déjà sorties (soit 2), même si vous n'aurez pas l'intégralité des éléments de cette énorme saga, vous serez tout de même moins perdu dans ce long et complexe événement. Pour les moins téméraires, je vous conseille de vous pencher sur le dernier kiosque Avengers, le numéro 30, amenant direcement au numéro 1 de Secret Wars.
Du coup, après toute cette saga, où en sommes nous ? On n'en arrive à la partie un peu "spoiler", pour ceux qui n'ont pas suivie l'actualité de ce crossover ou qui non pas tout simplement lu les séries Avengers et New Avengers, mais pour comprendre, il faut en passer un peu par là malheureusement.
Dans ce dernier kiosque, les héros découvrent que la fin approche, et plus vite que prévu. Le multivers qui était constitué d'un nombres infini de réalités, est réduit à un nombre minuscule de deux terres. C'est la dernière incursion : La Terre-616 (connue de tous, la où se déroule la continuité) et la Terre-1610 appelée aussi la Terre Ultimate. Et de là, place à Secret Wars ! (çà va, je ne vous ai pas perdu?)


Ma critique

Tout meurt. Et la Terre-616 et Ultimate n'y échappent pas, et là commence Secret Wars, et ma critique.
Mais la première revue du crossover ne commence pas de suite en grande trombe puisqu'en premier lieu nous pouvons lire un petit rappel des faits en 10 pages. Un petit prologue menée par Valeria Richards (fille de Mister Fantastic et de la femme invisible), simple, court mais efficace relatant les faits précédents, suffisant pour se remettre dans le bain et surtout, introduire la situation qui suivra dans les pages suivantes.



Dans les premières pages, la dernière incursion est imminente, et son point de rencontre est Manhattan. Pendant que le S.H.I.E.L.D de la Terre-1610 (Ultimate) et leur Reed Richards maléfique alias le "Créateur" lance l’assaut sur la Terre-616, et que nos héros essaient tant bien que mal de se battre bec et ongles, certains héros et scientifiques mettent en route le plan ultime : Le radeau de survie. Les Illuminati, premiers au courant du phénomène des incursions, avaient tout tentés. Ils ont luttaient pour éviter l'inévitable, la collision des mondes, jusqu'à oublier leurs convictions pour protéger la Terre, en détruisant des mondes. Pour finalement se dissoudre, lâcher prise et admettre leur triste sort, la fin du Multivers. De là a pris forme la Cabale, l'union d'êtres sans scrupules qui ont mis un souk pas possible. Mais qu'importe ce qui en a coûtés à toutes ces personnes, aucun plans ni solutions n'a été trouvés pour empêcher ce qui doit se produire : l'incursion entre les deux dernières Terres. Et comme l'a dit Valeria Richards : comme on ne pouvait pas gagner, on a trouvé un moyen de ne pas perdre. Et de là est né l'initiative du radeau de survie, visant à fuir tout en emportant quelques personnes triées sur le volet, pour refonder la race humaine.
En l'espace d'une trentaine de pages, équivalentes au numéro 1 en VO de Secret Wars, l'action est non stop et on a réellement la gorge serrée. On sent la fin venir, on assiste à la dernière bataille de l'univers Marvel tel qu'on le connait et quand on est un gros lecteur de comics Marvel, on redoute cet instant. La façon dont Hickman nous fait vivre cet instant est juste grandiose, comme si on le vivait réellement. Les pages où se déroule l'action représentent quelques minutes avant la fin de tout, et croyez moi quand je vous dis que vous restez accrochés a votre siège quand on les lis et que les pages passent à la même vitesse. L'action, le désespoir, l'aspect dramatique, les frissons, et même un semblant d'espoir, tout est là (comme dans un bon gros blockbuster? ahah), le chaos total. On ressent totalement la situation désespérée à travers les personnages, notamment ceux qu'on a l'habitude de voir toujours sur d'eux, totalement inébranlables (je pense notamment à Black Widow, légèrement stressée). Et puis...




Le début de cette nouvelle revue est donc clairement facile à comprendre et accessible pour les nouveaux lecteurs, puisque c'est de l'action pure et dure, et que le prologue nous aide. Mais, après avoir repris notre souffle, après toutes ces émotions, il est temps de se concentrer, parce que Secret Wars #2 n'est pas une mince affaire.
Je vous avouerais que personnellement, il me tardait vraiment Secret Wars. Premièrement, l’engouement qu'il y avait autour de moi sur cet événement était assez fou, et les personnes l'ayant lu en VO en faisait bien sa pub. Deuxièmement, quand on te vend çà comme "la fin de l'univers Marvel", le crossover le plus "énorme et les plus important" qu'ai connu la Maison des Idées, tu ne peux que trépigner. Et enfin, troisièmement, ayant adoré le travail d'Hickman, malgré parfois les lectures et re-lectures, il me tardait d'arriver à l'aboutissement. Et justement c'est à ce point précis que je tiquais, parce que je savais la complexité d'Hickman dans ses scénarios, et d'un coup je me suis mise un peu à flipper à l'arrivée de Secret Wars.
Je ne sais pas si c'est l'excitation, ou l'énorme flux d'informations qui te happe dès la lecture des premières pages du deuxième chapitre, mais j'ai commencé à légèrement froncer les sourcils. Hickman étant bien évidemment toujours au scénario, il faut (encore) s'accrocher et se concentrer puisque tout d'abord, vous devez vous apprêter a lire quelque chose qui n'est pas directement la suite de ce que vous avez lu précédemment, au moment où l'incursion se produit ( y a déjà de quoi se pommer).
Dans Secret Wars #2, on découvre un nouveau monde. Un monde patchwork, créer avec des restes de l'ancien univers, tout cela dirigé par une main de fer par un seul et unique homme (et je ne spoilerais pas!). Cet homme, ce "Dieu" a construit tout un nouveau monde, avec ses règles, son histoire, ses royaumes, chacun dirigés par un baron qui prêtent allégeance a ce Dieu (oh cool Game of... euh)On découvre donc ce nouveau monde avec fascination, en apprenant son mécanisme, en voyant de nouveaux décors. On recommence tout a zéro donc çà attise forcément une certaine curiosité. Dans la masse, on retrouve des visages connus, mais on ne comprend pas comment ils ont atterris ici, étant souvent dans des endroits et des situations assez inattendus. En bref, cet épisode est assez flou, on découvre énormément de choses à la fois, on ne sait pas vraiment où donner de la tête mais pour le coup çà nous lance vraiment dans Secret Wars et la suite se fait grandement attendre !
Dans la critique de cet épisode, j'essaie vraiment de ne pas vous dévoiler quoi que ce soit, parce que même si çà reste assez complexe, on prend un réel plaisir de tout découvrir, et j'ai vraiment pas envie de vous gâcher ce moment !




Enfin, à la toute fin du kiosque, on trouve la carte du Battleworld, avec toutes les zones qu'elles comportent. Une excellente idée, çà permet de bien se situer. Vous pouvez découvrir toutes ces zones dans les 10 revues Panini sorti en début de ce mois-ci. Au menu il y a : Secret Wars Avengers, Civil War, Deadpool, Spider-Man, Les Gardiens de la Galaxie, X-Men, Old Man Logan, Ultimate End, Battleworld, et Marvel Zombies (Y a de quoi faire). A savoir que ces kiosques remplacent temporairement ceux que vous pouviez suivre depuis le début de Marvel Now, et ce jusqu'à Mai et l'arrivée du nouvel univers Marvel !

Pour la partie graphique, il n'y a pas beaucoup à dire ne serais-ce que c'est très beau. Le frenchie Paul Renaud a fait un superbe travail sur les dessins du prologue, avec un rendu très dynamique.
En ce qui concerne Secret Wars #1 et #2 , je ne suis pas fan des traits du dessinateur Esad Ribic, mais il s'accorde très bien avec les couleurs de Ive Svorcina. Comme son coup de crayon à quand même un rendu assez fin et que Svorcina utilise des couleurs assez pâles, les deux s'accordent et c'est vraiment beau.

Le petit plus

Le nom de Secret Wars vous dit vaguement quelque chose ? C'est normal.
En 1984, la Maison des Idées lance son tout premier crossover scénarisé par Jim Shooter : "Les Guerres Secrètes". Jonathan Hickman a n'a fait ce qu'on pourrait définir comme un remake, et Secret Wars en est truffé de clin d'oeils. Pour la petite anecdote cet événement avait été créé dans un but totalement commercial, afin de vendre des jouets et des figurines !
Les Guerres Secrètes était un événement qui envoyé tout les héros (et aussi les vilains) de la Terre sur une planète, le Battleworld (oh, tiens donc), créée de toute pièce par le Beyonder, une entité cosmique, pour se combattre jusqu'à qu'il n'en reste plus qu'un. Et le clou du spectacle : le gagnant verra tous ses vœux exaucés !
Récemment ré-édité dans la gamme Marvel Events, j'invite les curieux à lire cette petite perle qui agrémente d'une façon sympathique la lecture de ce nouveau crossover. Comme on dit, çà fait toujours plaisir !



Conclusion

Je suis vraiment emballée par Secret Wars, en ayant quand même la boule au ventre. On ne voit pas trop où tout cela va nous mener, mais c'est mal pour un bien, çà décuple l'effet de surprise, et je n'ai franchement pas trop d'inquiétudes étant donné que Jonathan Hickman est très talentueux et qu'il est l'architecte de cette série depuis presque 3 ans. C'est son bébé, et je ne pense pas qu'il en fera n'importe quoi !
Le contenu reste assez accessible aux nouveaux lecteurs, surtout si on se penche sur les autres revues de Panini qui nous permettent de découvrir toutes les zones du Battleworld et de rattacher certains wagons, malgré que personnellement je vous conseille vivement avant de vous lancer dans Secret Wars de creuser un peu sur les événements précédents, c'est toujours bon à prendre. J'espère que mon petit topo plus haut à pu vous aidez et vous éclairer, je sais que c'est assez compliqué a assimiler mais çà en vaut le coup, et j'espère avoir été assez compréhensible ! Si ce n'est pas le cas, j'offre un twix n'hésitez pas à venir par commentaires ou sur la page Facebook du blog me le dire (je mords toujours pas) !

Laure.

Laure Eileen Rose

5 commentaires:

  1. Ce premier numéro m'a aussi conquis. J'adore le travail d'Hickman sur la licence.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hickman est à mes yeux un génie !

      Supprimer
    2. Entièrement d'accord. J'adore son travail depuis longtemps, mais là c'est du génie.

      Supprimer
  2. djybreel aka michael holt27 février 2016 à 15:25

    slt sister..

    Alors revenant de loin (pas trop hein!) dans l'univers marvel, je t'avouerai que j'ai peur de ce "reboot" de l'univers. Et pourtant j'adore les crossovers. pourquoi? Le multiverse ést déjà chez DC et je te raconte pas comment j'ai galeré un moment pour etre sur les bons rails. (merci flashpoint et infinite crisis!!)
    Enfin bon je vais aller en kiosque pour prendre avengers 30 et le periodoque concerant secret wars pour voir... mais je flippe quand meme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut !

      Et bien si tu es quelqu'un qui craint le multivers je pense que tu seras plutôt satisfait de ce qui se passe dans Secret Wars ! J'en dis pas plus, hésite pas à revenir vers moi quand tu auras lu tout çà pour qu'on en parle ;)

      Supprimer